Incarnation de l'Ennui

Extraits

Extraits ou morceaux choisis


Hate List

 

 

Jessica, c’était la fille qui faisait la loi au lycee. De loin la fille la plus populaire, elle pouvait etre la plus impitoyable parce que tout le monde revait d’etre a sa place et les gens etaient prets a tout pour lui plaire. Autant c’est Christy qui avait lancé le surnom de Sœur Funebre, autant Jessica, elle, me l’assenait avec une telle froideur et un tel mepris que chaque fois je me sentais nulle et non avenue. C’est elle qui incitait Jacob Kinney a faire trebucher Nick dans les couloirs, et c’est elle qui avait cafté aupres de M.Angerson qu’on fumait de l’herbe en cachette dans ma voiture, un mensonge qui nous avait valu d’etre collés plusieurs jours. Elle ne cherchait meme pas a se cacher pour se moquer de nous. Elle nous riait au nez en pleine figure, comme ca. Son nom revenait plusieurs fois sur la liste de la haine. Surligné. Et suivi de plusieurs points d’exclamation.

C’est elle qui aurait du s’en tirer avec cette enorme cicatrice disgracieuse en pleine cuissse. Elle qui aurait dû mourir. Elle dont j’avais sauvé la vie. Avant le mois de mai, je la haissais, Jessica. Mais aujourd’hui, j’etais complètement déstabilisé devant elle.

Le derniere fois que je l’avais vue, elle tremblait face a Nick en se protegeant le visage avec les mains. Et elle hurlait. Hurlait a se dechirer la voix. Elle paniquait tellement qu’elle delirait. Cela dit, a ce stade-la, tout le monde avait perdu la tete. Je m’en souviens, elle avait un filet de sang qui traversait la jambe de son jean et plein de morceaux de nourriture ecrasés dans les cheveux. Quand j’y pense, quelle ironie de la voir perdre son aplomb a ce point-la, sans aucune dignité, mais sur le moment j’aurais eu du mal a en rire vu l’affolement general.

(Jennifer Brown)


31/07/2015
0 Poster un commentaire

Il Faut qu'on Parle de Kevin

 

 

Nous avons des attentes explicites sur notre comportement dans des situations spécifiques - qui dépassent les attentes ; il y a des obligations. Certaines sont petites : si on nous organise une fête, il faut être content. D'autres sont de taille : si un parent meurt, il faut être effondré de chagrin. Mais peut-être que couplée à ces attentes existe la peur secrète de ne pas honorer la tradition sous le coup de l'émotion. Recevoir le sinistre coup de fil : notre mère est morte, et on ne ressent rien. Je me demande si cette petite peur muette, indicible, est encore plus aiguë que celle de la mauvaise nouvelle elle-même : découvrir que l'on est monstrueux. Si cela ne semble pas trop choquant, j'ai vécu pendant toute la durée de notre mariage avec une terreur que, s'il t'arrivait quelque chose, je sois détruite. Mais il y avait toujours sous-jacente une facette contradictoire, si tu préfères, où je ne le serais pas, j'occulterais joyeusement l'après-midi en allant jouer au squash.

 

(Lionel Shriver)


20/07/2015
0 Poster un commentaire

Légende

 

 

Mon cher Hogun, quand une femme est belle, elle attend - comment dirais-je ? - Une certaine forme de respect de la part des hommes. Vous auriez dû avoir l'extrême obligeance d'être foudroyée par sa beauté. De devenir muet, ou mieux encore, de bafouiller. Alors elle vous aurait ignoré et aurait répondu à votre dévotion par un dédain arrogant. Et là, vous l'avez humiliée, elle va vous haïr. Pire que ça, elle va faire tout ce qui est en son pouvoir pour gagner votre coeur.
- Je trouve que ça ne rime strictement à rien. Pourquoi est-ce qu'elle voudrait gagner mon coeur, si elle me déteste.
- Pour pouvoir être en position de vous mépriser. Vous ne connaissez donc, rien aux femmes ?
-J'en sais suffisamment, rétorqua Hogun. je sais aussi que je n'ai pas de temps pour ces enfantillages. Vous croyez que je devrais lui présenter des excuses ?
- Et lui faire ainsi savoir que vous êtes conscient de l'avoir humilée ? Mon cher, il y a de cruelles lacunes dans votre éducation!

(David Gemmell)


17/03/2015
0 Poster un commentaire

L'Etoile du Matin

 

 

_ Et l’amitié ? M’enquis-je. Ca ne compte pas pour toi ?

_ Qu’est-ce que l’amitié, Owen ? Deux hommes qui ont besoin l’un de l’autre. Eh bien, je n’ai besoin de personne ; donc je n’ai pas besoin d’ami.

_ Tu n’as jamais connu l’amour, pas vrai, Jarek ? Tu n’as pas la moindre idee de ce que ca implique. C’est exactement la meme chose avec les chansons de Piercollo : ce ne sont que des sons sans interet. J’ai beaucoup de peine pour toi. Tu n’es pas vraiment en vie. Tu es un homme a part, obsede de sa personne et, a mon avis, tres seul.

_ Ton avis est mauvais, dit-il. Je sais ce qu’est l’amour. C’est lorsque tes reins gonflent et que tu dois vite les satisfaire. C’est un baiser volé au clair de lune. Rien de plus. Mais vous les bardes, vous exagerez tout avec vos mots doux et vos promesses, vos chansons d’amour decus ou veritables. C’est de la merde. Je n’ai jamais rencontre d’epouse qui ne succombe a mes avances lorsque son mari est en voyage. L’amour conjugal, tu parles ! (il se pencha vers moi en secouant la tete.) Tu n’as pas de peine pour moi, Owen. Tu m’envies. Je suis tout ce que tu voudrais etre.

(David Gemmell)

Ahlalala, enfin quelqu'un qui me comprend!!


20/10/2014
7 Poster un commentaire

Revanche

 

 

Peu importe ce que les gens disent, le temps ne guérit pas les blessures. Il vous montre simplement de nouvelles, et encore plus douloureuses manières de souffrir de l’absence de quelqu’un. Plus cette personne est partie depuis longtemps, pire c’est, parce qu’on commence a oublier son sourire, sa façon de pencher la tête lorsqu’elle réfléchissait, de vous regarder et de deviner ce a quoi vous pensiez. Les photos ne la font pas du tout revivre non plus. Bientôt, on se met même a avoir la sensation que les vrais souvenirs ont été remplacés par des images photographiques – comme si la seule façon de se rappeler cette personne se trouvait désormais sur un cliché, et qu’elle devenait bimensionnelle.

(Cat Clarke)


14/09/2014
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Journal Intime pourraient vous intéresser